Ce que tu m'as donné

de  IFRES

Neuf12,00 €

« Ce que tu m’as donné » est le troisième ouvrage médiumnique de l’IFRES

Après “Daniel, je sais pourquoi” et « Dans l’ombre du Corridor », un témoignage de l'au-delà de l’esprit d’une jeune fille venue nous raconter sa vie, sa mort et son existence en dehors de notre dimension. C’est un voyage dans la matière, celle qui nous survit et qui rend toutes les choses intimement liées. Après l’étonnement de sa nouvelle situation, elle découvre la subtilité de la vie, face à son donneur d’organe et son propre guide. Née avec une malformation cardiaque, elle meurt avec le cœur d’un autre…

Plus de détails

Lire un extrait

CHAPITRE II

Arrivée à l’hôpital, tout était préparé. En fait, je ne me rendais pas bien compte de ce qui se passait, appréhendant l’hypothétique et malheureuse rencontre. Mais je n’eus même pas le temps de serrer la main de mes parents.

- Vite, vite ! disaient les infirmiers.

Je les voyais inquiets, nerveux, poussant mon brancard. Entre- temps, ils arrivaient à me passer une blouse et une charlotte avec une dextérité remarquable. Je me laissais aller au rythme de cette fébrile déambulation, le regard hagard, captivé par les néons du plafond. Sortes de pointillés lumineux que je m’amusais à compter presque malgré moi…

- Ça va ? répétaient régulièrement mes accompagnateurs.

Je leur répondais d’un hochement de la tête. Nous arrivions dans un immense ascenseur, assombrissant, créant du coup une ambiance caverneuse. Le bruit des chaines du mécanisme donnait au moment un aspect angoissant. La porte s’ouvrit très vite après un terrible tremblement. Je me retrouvais dans la salle d’opération à côté d’une autre personne déjà allongée

- Non, non ! pensais-je affolée, je ne veux pas la voir, j’espère que ce n’est pas mon donneur.

Mais comment le savoir ? J’appelais ma mère, on me répondait que mes parents m’attendaient et que tout irait bien. Alors on me plaçait toutes sortes de tuyaux et l’on m’administrait un calmant.

- Comptez jusqu’à trois, m’ordonnait un homme aux larges lunettes.

C’est les yeux rivés sur son visage que je découvrais l’autre parcelle de mon existence, mais je ne le savais pas encore…

Tout de suite et sans attendre, ma conscience se réveillait, j’étais dans une chambre et j’avais un nouveau cœur.

Oui, mais…

Je ne pouvais bouger, mon regard était encore embué. Je n’avais pas encore recouvré tous mes sens. Je roulais les yeux de gauche à droite pour tenter de percevoir les détails de ma chambre.

Soudain, l’audition me revenait, un bip répétitif me rappelait à la vie…les machines qui assistaient mon pauvre corps émettaient des sons discontinus en faisant un écho dans le silence de cette pièce haut de plafond.

J’étais seule, ne parvenant ni à bouger ni à parler. J’entendais dans le couloir des pas furtifs, accompagnant ces ombres sur le carreau

cathédral de ma porte. J’espérais voir mes parents oui, ma pauvre mère perdue certainement dans son chagrin et son immense inquiétude. Je recouvrais peu à peu mes sens et les souvenirs qui expliquaient la situation. Je me réveillais d’une lourde opération.

Une infirmière pénétra soudain dans ma chambre. Elle ne semblait pas, a priori, faire attention à moi. J’écarquillais les yeux pour attirer son attention. Rien n’y faisait, elle préparait son affaire là, dans le coin de la pièce. Je la voyais à peine. Puis elle s’approchait de moi et se penchait sur mon visage. J’esquissais un sourire, espérant croiser son regard. Mais elle ne semblait pas me voir et continuait sa besogne sans prendre conscience ou voir mon état. Je me sentais vaciller. Elle s’écartait de moi et quittait la chambre.

Le silence reprenait son règne.

Elle ne m’avait pas vue ! Elle n’avait pas pris la peine de me parler, de me rassurer.

La journée était interminable, la lumière du jour diminuait. Celles de la ville éclairaient ma fenêtre. Je percevais le ciel, s’assombrissant dans une couleur rougeoyante. Les bruits du couloir diminuaient aussi, l’hôpital s’endormait ! Je ne percevais plus grand-chose si ce n’était les bips infernaux des machines médicales. Je faisais des efforts pour ouvrir la bouche ou bouger les bras. Mais impossible d’émettre un son ou de bouger ne fût- ce qu’un doigt.

Fiche technique

GenreSpiritualité
LanguesFrançais
Nombre de pages205
Date de parutiondécembre 2020
ÉditeurIFRES
AuteurIFRES

En savoir plus

Exemple de message reçu en écriture automatique

Mars 2003,


C’est à ce moment-là que j’arrêtais d’écrire mon journal. J’ai dû m’y contraindre… le jour approchait, un moment tout autant captivant qu’effrayant. Je ne
savais pas où j’allais ni qui j’allais rencontrer.

Je connaissais bien sûr les professeurs qui s’occupaient de moi, mais j’appréhendais de croiser au détour d’un couloir le regard des parents de celui ou celle qui allait peut-être me sauver la vie. On me rassurait en me certifiant que c’était impossible, mais j’avais peur, je n’aurais pas supporté de croiser ces gens certainement en peine et remplis de colère aussi.


Sans réellement comprendre pourquoi ni comment, je savais que je vivais là des instants importants. Les secousses de l’ambulance qui m’emmenait à mon rendez-vous, les hurlements du conducteur manifestement très énervé par les embouteillages, la chaleur d’un mois de mai, étaient les teneurs d’un préambule qui allait avoir raison de moi.


Je me présente, Stéphanie, je suis bien morte et vous raconte comment j’ai découvert l’autre vie…

Avis

Note 
Manonn R 18/01/2021

Tout d’abord merci pour le travail merveilleux que vous faites, je suis fascinée par vos expériences ,les résultats, le sérieux et l’amour que vous y mettez.
J’ai lu et écouter sur YouTube Daniel je sais pourquoi et je viens de commander un autre livre, c’est ma modeste façon de contribuer à vous aider car si j’étais milliardaire je serais volontiers donatrice...
Je vous encourage à continué et de ne jamais vous faire décourager par quoi ou qui que ce soit.
Merci

Donnez votre avis

Ce que tu m'as donné

Ce que tu m'as donné

« Ce que tu m’as donné » est le troisième ouvrage médiumnique de l’IFRES

Après “Daniel, je sais pourquoi” et « Dans l’ombre du Corridor », un témoignage de l'au-delà de l’esprit d’une jeune fille venue nous raconter sa vie, sa mort et son existence en dehors de notre dimension. C’est un voyage dans la matière, celle qui nous survit et qui rend toutes les choses intimement liées. Après l’étonnement de sa nouvelle situation, elle découvre la subtilité de la vie, face à son donneur d’organe et son propre guide. Née avec une malformation cardiaque, elle meurt avec le cœur d’un autre…

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Produits dans la même catégorie